Histoires de succès

Adhérer à une coopérative, une occasion unique à ne pas rater !

La coopérative des couturiers de Kinyinya connue sous le sobriquet de « UMUCO » vient de boucler ses trois années de vente des services à tous les couturiers de la localité. La coopérative vend presque toutes les consommables utilisables en couture. Durant toute cette période, les résultats atteints sont largement satisfaisants comme nous l’a par ailleurs révélé Monsieur Jean Berchimans NTAWENITA, président de ladite coopérative.

Dans une interview qu’il nous a accordé, le président de la coopérative nous a confié : « Après différentes formations psycho-humaines et entrepreneuriales que nous avons bénéficiées de ADISCO, nous nous sommes regroupés d’abord en IGG (Groupement d’autopromotion et d’entraide mutuelle), ensuite en coopérative. Les membres sont au nombre de 38 et avons décidé de payer une part sociale de 30 000Fbu chacun. En tout, nous avions collecté 1 140 000Fbu. C’est avec cette somme que nous avons entamé la vente des services aux couturiers. La première assemblée générale nous a présenté un bilan positif et la décision de donner à chaque membre une somme de 5 000Fbu a été prise afin de montrer à son époux (se) l’intérêt d’être membre d’une association.

La récente assemblée générale tenue en novembre 2017 nous a été d’une grande surprise. Notre coopérative prospère d’une façon extraordinaire. Chaque membre a pu bénéficier d’un sac d’engrais chimique d’une valeur de trente mille francs burundais (30 000 Fbu) pour la saison culturale A 2018. La coopérative UMUCO s’est aussi fixé comme objectif principal qu’à partir de ce mois de janvier 2018, elle va payer la carte d’assistance médicale(CAM en sigle), qu’elle va renouveler chaque année au profit de chaque membre de la coopérative.
Maintenant, la coopérative n’utilise que les intérêts perçus sur les ventes des consommables. Nous nous réjouissons et des fois nous nous demandons pourquoi nous n’avons pas commencé bien avant. Nos remerciements vont à l’endroit du projet PARDERNA et surtout de ADISCO pour son accompagnement de proximité ».

Propos recueillis par Pierre Claver NDAYISHIMIYE