Actualité

Les habitants de Bubanza sont appelés à être créatifs pour mieux faire face aux effets liés au changement climatique

Pour faire face au changement climatique auquel la province Bubanza est exposée, ses habitants sont invités à être plus créatifs en combinant plusieurs mesures d’adaptation pour être plus résilients. Cet appel est de Nobus Thérence BUTOYI, gouverneur de la province Bubanza qui souhaite que les agriculteurs ne se contentent pas seulement de l’eau des pluies. C’était Le 29/11/2018 à l’occasion de l’atelier provincial de lancement des activités du Projet de Renforcement des Capacités Communautaires pour la Résilience aux effets du Changement Climatique, PRCCRCC en sigle.

Dans son discours de circonstance, le gouverneur de la province Bubanza qui avait rehaussé de sa présence les travaux de lancement de ce projet, a indiqué que d’après les résultats de l’analyse intégrée de vulnérabilité face aux changements climatiques faite par le GIZ, la province Bubanza est la plus exposée aux effets liés aux changements climatiques car elle est la plus sensible à l’érosion. Aussi, les données de l’Institut Géographique du Burundi (IGEBU) montrent que les aléas climatiques et modifications saisonnières vont continuer et ne vont pas changer, d’où le contrôle quotidien de ces irrégularités. D’après cette autorité provinciale, nous devons tous nous lever comme un seul homme et réagir afin de faire face au changement climatique qui est une réalité dans notre pays.

Il a profité de cette occasion pour demander aux habitants de sa province de ne pas se contenter seulement de cette « manne du ciel » qu’est l’eau des pluies mais aussi d’être créatifs en combinant plusieurs mesures d’adaptation au changement climatique afin d’être plus résilients. Aussi, a-t-il révélé, les ménages sont caractérisés par une faible capacité de résilience face aux aléas climatiques et modifications saisonnières du calendrier agricole.

Pour M. BUTOYI, le PRCCRCC vient comme une solution dans la province et surtout dans les 3 communes d’intervention du projet à savoir Bubanza, Musigati et Rugazi. Il a en outre indiqué que les causes de cette faible résilience sont multiples. Il s’agit notamment de faibles capacités de gestion de l’eau et des sols, les glissements de terrain, les faibles capacités des ménages d’exploiter les opportunités disponibles, le manque d’adaptation au changement climatique, la faible compréhension des effets liés au changement climatique, le phénomène de déforestation, la mauvaise gestion des ressources naturelles, la pression démographique, etc.

Les participants à cet atelier ont révélé qu’au Burundi, la population a l’habitude d’attendre que la catastrophe se produise pour réagir après. Ils ont également proposé que pour protéger les infrastructures routières, la loi devrait être respectée. Même son de cloche à ceux qui font l’exploitation minière qui doivent eux aussi se conformer à la loi. Ils ont aussi émis un souhait relatif aux prévisions météorologiques produites à la télévision nationale seulement alors que ce n’est pas tout le monde qui possède des postes téléviseurs. Ces prévisions devraient être diffusées à la radio nationale pour que ces informations parviennent à un grand public.

Que savoir du PRCCRCC ?
Le Projet de Renforcement des Capacités Communautaires pour la Résilience aux effets des Changements Climatiques « PRCCRCC » est un projet en consortium qui est mis en œuvre dans trois provinces dont Bubanza par l’organisation Appui au Développement Intégral et à la Solidarité sur les Collines (ADISCO). Il vient en complément avec les initiatives de développement déjà entreprises dans cette province. Ce projet vise à développer des mécanismes d’adaptation aux effets et impacts du changement climatique pour adopter une stratégie face au changement, renforcer le cadre légal et institutionnel et promouvoir l’intégration adéquate de mesures d’adaptation et de mitigation dans le développement des communes.

Objectif global du projet: Les habitants des provinces Bubanza, Bujumbura Rural et Cibitoke sont conscients des impacts du changement climatique sur leur environnement et leur vie quotidienne et sont en mesure d’augmenter leur résilience au changement climatique.
Objectifs spécifique 1 : Les populations rurales dans les communes de Bubanza, Musigati, Rugazi, Kabezi, Kanyosha, Muhuta, Mabayi, Murwi et Mugina sont conscients des effets du changement climatique sur leur vie quotidienne, identifient les risques directs qui en ressortent et utilisent des mécanismes d’agriculture durable et de protection de ressources naturelles adaptées pour y remédier.

Objectifs spécifique 2 : Les populations rurales dans les communes de Bubanza, Musigati, Rugazi, Kabezi, Kanyosha, Muhuta, Mabayi, Murwi et Mugina s’impliquent dans la mise en place d’un environnement institutionnel favorable au développement et à la mise en œuvre des modèles de résilience/adaptation aux changements climatiques et réclament leurs droits auprès des autorités locales.

Zones d’intervention
Le projet intervient sur trois provinces et 9 communes par trois organisations à savoir, la province de Bubanza dans les communes de Bubanza, Musigati et Rugazi par ADISCO, la province de Bujumbura en communes Kanyosha, Muhuta et Kabezi par OAP, et la province de Cibitoke en communes Mabayi, Murwi et Mugina par Inades-Formation Burundi.

Les bénéficiaires du projet s’expriment
« Je réponds au nom de Gervais MANIRUMVA, j’habite la colline Busiga, zone Kivyuka, commune Musigati de la province Bubanza. Je suis détenteur d’un diplôme D7 et je n’ai pas d’emploi. Je suis membre d’une IGG qui s’est donné comme mission de contribuer à la protection de l’environnement. Nous savons que nous vivons dans une région très exposée aux effets dus au changement climatique. Notre contribution se limite au niveau de la multiplication de bambous que nous allons planter dans différents endroits. Nous avons suivi beaucoup de formations au cours desquelles nous avons appris que tout le monde doit s’impliquer dans cette noble mission. Au niveau de notre IGG, nous faisons tout ce que nous pouvons et nous le faisons bénévolement. Seulement, il y a un manque criant de moyens financiers et il nous arrive même d’engager nos propres fonds. Nous sommes au début mais je suis sûr que d’ici peu, notre projet portera des fruits ».

« Je m’appelle Isaïe NIYIRAGIRA, originaire de la colline Busiga, zone Kivyuka, commune Misigati, province Bubanza. L’idée de multiplier des arbres agro-forestiers nous est venue après avoir été informés qu’il a un danger qui pèse sur la région des Mirwa dans laquelle se trouve notre province. Au cours des formations que nous avons suivies, on nous a dit que la province Bubanza est l’une des provinces qui sont exposées au changement climatique. Cette sensibilisation nous a poussés à agir pour faire face à ce défi qui est un problème national. Nous avons alors demandé la permission de nous rendre dans la Kibira pour y chercher différentes variété d’arbres agro-forestiers que nous multiplions dans les pépinières aménagées au niveau de différents sites. Si nous essayons de bien réfléchir, ce projet sera pour nous rentable car on nous a promis que chaque plant coûtera entre 30 et 40Fbu. Pour dire que nos IGG vont beaucoup gagner à part leur contribution à la protection de l’environnement ».

Jean-Petit HAVYARIMANA